Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 16:21

media xl 3632968

Source e-kathimerini.

 

Dans une interview donnée au journal  " LES ECHOS", le 19 Mars, Georges Papandreou revient sur ses années au pouvoir.

Voici quelques extraits :

Il n'a pas l'air plus affecté que cela par l'incroyable pression qui a pesé sur ses épaules de Premier ministre pendant deux longues années de crise financière...Mais derrière un apparent détachement, Georges Papandréou nourrit une réelle amertume, tant vis-à-vis de ses adversaires politiques en Grèce que de ses partenaires européens, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel au premier chef.

« Dès le début, j'ai fait une proposition, raconte-t-il. J'ai suggéré de mettre en place des eurobonds qui ramèneraient la confiance des marchés, aideraient l'euro à concurrencer véritablement le dollar et fonctionnerait parallèlement à un système de surveillance et de sanctions si les pays ne menaient pas dans des délais donnés les réformes nécessaires. ». Une option balayée par l'Allemagne et la France qui n'ont pas donné à la Grèce d'autre choix qu'une cure budgétaire drastique pour réduire coûte que coûte la dette. « Nous avons réduit le déficit de 5,5 points de PIB en un an, un record en Europe », rappelle-t-il aujourd'hui, rejetant les accusations selon laquelle « la Grèce n'a rien fait » depuis 2010.


Mais c'est la déclaration de Nicolas Sarkozy et d'Angela Merkel en octobre 2010 à Deauville qui a mis le feu aux marchés. «En annonçant que si un pays faisait défaut dans le futur, et la Grèce était évidemment dans la ligne de mire, ce seraient les créanciers privés qui paieraient, ils ont semé la panique sur les marchés», accuse Georges Papandréou. Il a dit alors à Angela Merkel : «Avec cette proposition, vous allez devoir aider la Grèce pendant des années».

Il ne regrette pas d'avoir souhaité recourir au référendum en novembre dernier pour faire entériner par les Grecs le nouveau plan d'aide européen.  «C'était la bonne décision», continue-t-il de penser aujourd'hui.


Cette condamnation de MERKOZY est évidente, mais bien tardive.Papandreou a fait ce qu'il a pu face à l'énorme pression Européenne, pensant probablement que son pays passerait entre les gouttes. Ce qu'on peut, à mon sens, lui reprocher, c'est de ne pas avoir, dès le printemps 2010, mis les Européens au pied du mur : soit vous m'aidez sérieusement, soit je fais défaut.

Il y a fort à parier que MERKOZY et consorts, qui sont d'abord des trouillards auraient proposé des politiques plus adaptées évitant de mettre la Grèce à genoux.

De toute façon, il aurait eu l'ensemble du peuple Grec avec lui.

Pour lire l'article in extenso : les Echos.

Partager cet article

Repost 0
Published by benichou - dans politique
commenter cet article

commentaires

lizagrèce 28/03/2012 08:33


Quand on connaît le prifil de la plupart des dirigeants de ce pays il est bien évident que Papandreou ets loin d'être le pire .... et il est vrai que j'avais été surprise à l'époque de sa
démission du peu de cas qu'en faisait les "camarases" de son parti , qui, pour les principaux, se sont empressés d'accepter des postes ministériels dans le gouvernement de Papadimos - 1er
Ministre non élu et parachuté par l'Europe ....

lizagrèce 27/03/2012 02:05


Dommage qu'il n'ait pas parlé avant en effet

Bertrand Ricque 26/03/2012 20:40


Oui, c'est toujours pareil. Repousser les décisions difficiles pour des raisons électorales et se trouver face à pire ensuite. Je ne sais pas si cela aurait été moins dur pour les grecs pour
autant. Mais en tous cas je partage sa vision depuis le début. Ceci dit je pense pas que l'on puisse mettre Merkel et Sakozy dans le même sac. Merkel ne voulait pas demander aux allemands de
payer pour des gens qui n'vaient pas fait les efforts que les allemands avaient déjà fait. Sarkozy ne voulait pas se retrouver dans le même sac que les grecs en terme de contrôle européen sur ses
finances.

benichou 29/03/2012 09:05



les allemands n'ont rien payé! En plus ce sont les plus grands prédateurs de l'Europe.


Il ne fallait pas accepter la réunification...C'est une erreur historique.


De toute façon, l'Allemagne est un problème pour l'Europe depuis Bismarck.



Présentation

  • : kafenio
  •  kafenio
  • : Bienvenue au Kafenio,le café traditionnel grec, ou l'on refait le monde pendant des heures devant un café et un verre d'eau, un ouzo ou un tsipouro. alors skietho, metrio ou glyko?* * sans sucre, moyen ou très sucré ?
  • Contact

Bienvenue au Kafenio,le café traditionnel grec, ou l'on refait le monde pendant des heures devant un café et un verre d'eau, un ouzo ou un tsipouro.
Alors skietho, metrio ou glyko?*
* sans sucre, moyen ou très sucré ?
_____________________________________________________________________________________________________

Recherche

Pour s'exprimer et commenter, c'est juste au dessus...

Tourisme

Découvrir Nafplio: Nafpliotissa link

Catégories